Émission diffusée le 20 décembre 2015

 

Réalisateur : Claude Darmon / Présentation : Sandrine Colombo

Ayya Khéma, une vie libérée

Invitée : Jeanne Schut

Sagesses Bouddhistes présente le portrait et le parcours de vie d’une femme d’origine allemande, devenue nonne dans la seconde partie de sa vie. Ayya Khéma, connût les souffrances de la seconde guerre mondiale puis une vie aventureuse avant de trouver sa voie dans le bouddhisme. Devenue nonne, elle fut très active et consacra sa vie à la diffusion du Dharma (enseignement du Bouddha) dans différents pays. Jeanne Schut retrace dans cette première émission, la vie remarquable d’Ayya Khéma.

Pour revoir la dernière émission Sagesses Bouddhistes :
www.pluzz.fr
puis, France 2 - cliquer sur "Sagesses Bouddhistes”

Livres présentés lors de cette émission

Et s’il suffisait d’être présent

Editions : Editions Sully

ISBN : ISBN : 978 2 35432 145 1

Cet ouvrage retrace la vie étonnante et passionnante d’Ilse Kussel (devenue Ayya Khéma), jeune femme allemande, de confession juive, qui du fuir très tôt l’Allemagne avec ses parents. Elle poursuivit ensuite sa vie aventureuse dans de nombreux pays, toujours en quête de quelque chose qu’elle découvrit enfin dans le bouddhisme, qu’elle enseigna avec beaucoup de force dans la seconde partie de sa vie.

 

Etre une Ile

Editions : Editions Dharma

ISBN : ISBN : 2 864870 28 2

Il s’agit du seul livre édité en français d’Ayya Khéma, qui s’exprimait en allemand et en anglais. Dans un style simple et pratique on y découvre par exemple comment la tendresse permet de développer la pratique de la méditation.

 

Lilian Silburn, une vie mystique

Editions : Editions Almora

ISBN : ISBN : 978 2 35118 271 0

Ce livre présente la vie et l’œuvre de Lilian Silburn (1908 – 1993), une des plus grandes indianistes françaises, spécialiste du bouddhisme, shivaïsme du Cachemire et du tantrisme. Philosophe de formation, directeur de recherches au CNRS, Lilian Silburn s’est tournée très tôt vers les philosophies orientales, et elle a dédié sa vie aux richesses qu’elles prodiguaient.