2226122273

Nâgârjuna et la doctrine de la vacuité

publié le dimanche 7 février 2010

Nâgârjuna, moine bouddhiste du IIè et IIIè siècle originaire d’Inde, est renommé pour être le fondateur de l’école philosophique dite - du Milieu -. Le rayonnement et l’immense influence de sa pensée lui permettent d’occuper aujourd’hui une place de premier ordre à l’intérieur du bouddhisme Mahâyâna, à tel point que le bouddhisme tibétain le considère comme l’un de ses maîtres, et que le Ch’an ainsi que le Zen le reconnaissent comme le quatorzième patriarche indien dans la succession des maîtres depuis le Bouddha.

Dans le Traité du Milieu (Mâdhyamaka kârikâ), son principal ouvrage, Nâgârjuna affirme que le principe de vacuité (sûnyatâvâda) fonde la réalité, c’est-à-dire qu’il en est la loi essentielle, intime. "Pensée du tréfonds de la non-pensée", selon la célèbre expression de maître Dôgen, la vacuité est une pratique concrète du non-attachement, une discipline effective de la mise à distance.

Rendre perceptible l’imperceptible vérité, comprendre que tout échappe à la compréhension, c’est là le sens réel de la Voie du Milieu, que Jean-Marc Vivenza, philosophe, explore avec talent.