2 86227 212 4

Entre Ciel et terre

publié le mardi 26 janvier 2010

Il était une fois en Chine, un vieux mandarin malade auquel fut prescrit une porion d’os de dragon. L’os en question n’était en réalité que de vulgaires carapaces de tortue mais, chose étonnante, elles portaient routes des signes étranges, premières traces en fait, de l’écriture chinoise... Toute l’histoire de cette écriture - on distingue sept grandes étapes d’ évolution, appelées niveaux - se confond ainsi, avec l’histoire des hommes et notamment avec celle des empereurs chinois, comme si gagner des guerres ou enrichir son empire n’était rien si l’on ne pouvait en laisser la trace écrire et mieux encore, écrire l’histoire de son règne avec sa propre écriture. Cette place si particulière qu’occupe l’écriture dans la culture chinoise se retrouve magnifiée dans le développement d’un art qui lui est entièrement consacré - la calligraphie - et qui donne toutes ses lettres de noblesse à un système graphique qui ne compte pas moins de 50 000 signes.