2221100964

Eloge des mères - Faire confiance à l’instinct maternel pour favoriser l’épanouissement de nos enfants

publié le dimanche 7 février 2010

Quoi ? Vous l’allaitez encore, à six mois ? Vous êtes trop fusionnelle ! Il régurgite ? Vous le stimulez trop ! Il est insolent ? Vous ne laissez pas son père jouer son rôle !

Quoi quelles fassent, les mères sont toujours coupables.

Fini le temps de la culpabilisation, s’insurge Edwige Antier, il faut faire confiance aux mamans.

N’en déplaise aux psys abusifs, prêts, au moindre trouble infantile, à accuser l´"étouffante" affection maternelle, l’enfant n’est pas une maladie de la mère ; et n’en déplaise aux féministes, l’instinct maternel existe, et il faut le respecter.

En dévalorisant la spontanéité au profit de principes éducatifs rigides - les tétées à heures fixes, l’endormissement loin des parents, l’inscription à la crèche dès l’âge de trois mois -, on brise le duo privilégié et fondateur constitué par la mère et son enfant. Or c’est de leur relation étroite et protégée que dépend l’épanouissement du jeune enfant, souligne avec énergie la pédiatre.

Les femmes d’aujourd’hui doivent concilier leur vie professionnelle et leur maternité, il faut les y aider. Plutôt que de souligner leurs failles possibles, mieux vaut, pour nos enfants, comprendre comment ceux qui entourent la mère, en premier lieu le père, mais aussi les responsables éducatifs, peuvent la soutenir et la conforter à une place que nul autre qu’elle ne peut occuper.

On ne présente plus Edwige Antier, pédiatre, diplômée en psychopathologie de l’enfant, elle est l’auteur de nombreux ouvrages à succès dont J’aide mon enfant à ce concentrer (Robert Laffont) l’Enfant de l’autre (Robert Laffont).

Elle anime depuis de longues années une chronique sur France Info, une émission de santé et psychologie sur France Inter et des talk-show sur la chaîne Santé-Vie, câble et satellite, depuis mars 2000.

 

Informations complémentaires

Collection Réponses