« Le Shin Jin Mei » de Maître Sosan est le texte sacré tch’an le plus ancien. Ce qui le rend très intéressant c’est qu’il témoigne de l’enseignement qui fut transmis à Sosan par Eka, lui-même héritier de Bodhidharma, premier patriarche chinois, ces deux derniers n’ayant laissé aucun texte.

Voici en deux tomes et dans son intégralité, l’enseignement de Maître Deshimaru sur ce poème sur la foi en l’esprit.

info document info document