Que retenir du XXe siècle ? Depuis 1945, la bombe atomique menace l’humanité d’extinction : nous ne risquons plus la petite vérole, éradiquée en 1970 ; mangerons-nous des OGM ? Munie d’ordinateurs, notre pensée change-t-elle ? Voilà une mort, un corps, une agriculture et des réseaux nouveaux.

Pour résumer ces innovations évolutives, j’ai forgé le mot d’hominescence. Des mots comme adolescence : encore enfant, l’adulte se forme ; ou luminescence : de faible lueur, naît la lumière… éclairent ce néologisme, étrange et exact qui marque une émergence hominienne.

Quand par son corps et la mort, il change le rapport à soi, par l’agriculture et le climat, ses relations au monde, et par les communications, son entretien avec les autres, s’agit-il toujours du même humain ?

Nous vivons un moment décisif du processus qui nous façonne. Inquiétante pour certains, cette naissance en enthousiasme d’autres. Nous la suscitons sans savoir quel homme elle crée, assassine ou magnifie.