En présentant Parkinson Blues, Matthieu Ricard nous livre cette pensée que lui inspire le combat quotidien de sa sœur Eve contre la maladie de Parkinson : Celui ou celle qui a maîtrisé son esprit et acquis une profonde paix intérieure peut devenir pratiquement invulnérable aux circonstances extérieures. Même si de telles personnes ne se rencontrent pas fréquemment, le simple fait qu’elles existent montre qu’une véritable plénitude est possible.

Face à ce mal qui fait peur et qu’elle tient en respect depuis près de dix ans, Eve sait où est sa place. Si elle n’est plus parmi les biens-portants, les « gens normaux », elle n’en demeure pas moins au cœur de la vie en refusant d’appartenir à la maladie. Sa force et la lutte qu’elle mène au quotidien la rendent presque invulnérable aux circonstances extérieures.

Personne n’avait osé marier le beau mot de blues au nom terrible de cette maladie, mais on verra que ce n’est pas un artifice. Eve Ricard s’explique et justifie son titre : « Ecrire ces pages a été comme une danse, comme un chant, jusqu’à m’abandonner au seul plaisir des mots, à cœur joie ».