"Voix Bouddhistes" du 15 avril 2001

La force de l’énergie spirituelle

Invités : Ani Patchen et Matthieu Ricard

publié le dimanche 15 avril 2001

"La civilisation tibétaine est en voie de disparition. Il est très important de la sauver car elle peut montrer au monde un chemin vers la paix". (Ani Patchen)

Dans cette émission nous découvrons Ani Patchen, à l’occasion de la sortie en France du livre qu’elle a publié aux éditions Nil : "Et que rien ne te fasse peur". Résistante au Tibet où elle a passé de nombreuses années en prison, Ani Patchen témoigne de l’importance de la détermination à pratiquer au cœur même des situations les plus difficiles. Elle est accompagnée sur le plateau de Matthieu Ricard.

Malgré la répétition qui suivait immédiatement le tournage en raison de la tournée des moines danseurs du Tibet, Matthieu Ricard a pris le temps dans l’interview réalisée pour le site de rappeler quelques points essentiels sur l’importance du maître sur le chemin.


Interview de Matthieu Ricard (*)

Tout ce que l’on pouvait percevoir de Dilgo Khyentse Rinpoché correspondait à ce qu’on pensait être la perfection humaine et spirituelle.

Voix bouddhistes - Matthieu, beaucoup d’occidentaux ont découvert Khyentse Rinpoché à travers ton ouvrage. Tu as partagé son intimité durant de nombreuses années ! Qu’est-ce que toutes ces années ont représenté pour toi ?

Matthieu Ricard - On ne peut pas imaginer quelque chose de plus précieux que d’avoir constamment un exemple parfait de ce que peut être le bout du chemin et de ce que peut être un être éveillé.

C’est difficile de sonder sa réalisation spirituelle, parce qu’un être ordinaire ne peut pas juger. Mais tout ce que l’on pouvait percevoir de Dilgo Khyentse Rinpoché correspondait à ce qu’on pensait être la perfection humaine et spirituelle.

Avoir cela en face de soi constamment, c’est un rappel, un exemple constant qui vous évite très subtilement de dévier dans des chemins de traverses.

C’est la retraite idéale, l’exemple idéal.

L’erreur serait de dire que qu’on n’a pas besoin de maîtres spirituels, en faisant un bouddhisme sans maître ! Cela ne tient pas debout !

Voix bouddhistes - Pour les nombreux pratiquants occidentaux qui découvrent et qui pratiquent le bouddhisme tibétain, la proximité avec le maître n’est pas forcément aussi forte. Sans cette proximité, peuvent-ils malgré tout avancer sur le chemin ?

Matthieu Ricard - Ils peuvent le faire jusqu’à un certain point.

Ce n’est pas idéal de ne pas être proche d’un maître, mais que faire ? Cela n’empêche pas de voyager, de faire l’effort nécessaire.

L’erreur serait de dire que puisque c’est comme ça, on n’a pas besoin de maîtres spirituels, en faisant un bouddhisme sans maître ! Cela ne tient pas debout ! A ce moment là on sacrifie la qualité pour la facilité. Et surtout on se prive d’un moyen de transformation extrêmement puissant.

C’est désolant qu’il n’y ait pas de maîtres spirituels à tous les coins de rue. Il n’y a pas d’autre moyen pour avoir une transmission.

Il faut faire l’effort pour les rencontrer. Et ça n’est pas si difficile que ça ! Certainement moins difficile qu’à l’époque où au Tibet, à cheval ou à dos de yak, il fallait voyager pendant des mois et des années.

Les maîtres spirituels existent et c’est à chacun de trouver la détermination suffisante pour faire ce qu’il faut pour suivre un chemin authentique.

Au lieu de désacraliser les danses, on invite le public dans l’espace de la méditation.

Voix bouddhistes - En février dernier, tu as accompagné une tournée de moines du monastère de Shechen en France. Comment s’est passée cette tournée ?

Matthieu Ricard - Cela a été magnifiquement accueilli. Tous les théâtres étaient pleins, il y avait beaucoup d’enthousiasme.

Je crois que les gens perçoivent que c’est un moment de paix et de tranquillité. Au lieu de désacraliser les danses, on invite le public dans l’espace de la méditation : pendant une heure et demie, ces danseurs partagent leur méditation intérieure avec ceux qui les regardent. (*) Interview réalisée par Jean Christophe pour l’Union Bouddhiste de France


Livres présentés lors de cette émission :

Et que rien ne te fasse peur

Adelaide Donnelly, Ani Patchen

Editions : Nil Editions

ISBN : 2 84111 215 2

Récit d’une princesse tibétaine (aujourd’hui décédée) emprisonnée pendant plus de 21 ans dans les geôles chinoises et son combat pour survivre , ce grâce à une immense spiritualité.

 

L’Esprit du Tibet, La vie du maître Dilgo Khyentsé Rinpoché

Sa Sainteté le 14ème Dalaï-Lama Tenzin Gyatso, Matthieu Ricard

Editions : Martinière Editions de la

ISBN : 978 2 7324 3996 9

Dilgo Khyentsé Rinpoché fut un grand maître du bouddhisme Vajrayana. Pendant plusieurs années, Matthieu Ricard vécu à ses côtés en tant que disciple et assistant. Ce livre, récit d’une vie passionnante, entrecoupé de textes du maître et d’autres enseignements, nous offre un portrait de celui qui fut avec le Dalaï-Lama, un des grands guides spirituels du bouddhisme tibétain au XXème siècle. Ce très bel ouvrage est une refonte complétée du livre publié en 1996.

 

Moines danseurs du Tibet

Matthieu Ricard

Editions : Editions Albin Michel

ISBN : 2226101705

Des moines qui dansent ! N’est-ce pas surprenant !

Les danses sacrées du Tibet que Matthieu Ricard nous fait découvrir ici, ont peu de choses à voir avec l’idée de spectacle, même si le jeu et l’humour n’en sont nullement absents. Elles sont support de méditation, exploration partagée de la paix intérieure, don spirituel des moines à la communauté laïque. Chaque geste est porteur d’une symbolique, chaque masque et chaque costume correspondent à un récit qui véhicule les valeurs du Bouddhisme. Danse et musique s’unissent pour marquer les étapes de la libération de l’homme, prisonnier de ses poisons mentaux.

 

Le Moine et le philosophe

Matthieu Ricard, Jean François Revel

Editions : Nil Editions

ISBN : 2841110664

Pourquoi ce succès croissant du bouddhisme en Occident ?

Révèle-t-il une faille dans la civilisation occidentale, scientifique et technique, un besoin insatisfait ? Nul n’était mieux placé que Matthieu Ricard, à la fois intellectuel occidental et moine bouddhiste, pour traiter cette question et d’abord exposer ce qu’est exactement le bouddhisme.

Les considérations de Jean-François Revel, tout en comportant de sérieuses réserves ou objections, retiennent la partie du bouddhisme qu’il estime acceptable et universelle, sa sagesse dans la conduite de la vie. Elles mettent en lumière les échecs de la pensée occidentale, notamment la faillite des grands systèmes philosophiques et des grandes utopies politiques, qui peuvent expliquer la présente attirance des Occidentaux pour une forme de sagesse à la fois très ancienne et très nouvelle.

Voilà pourquoi et comment, à Hatiban, au Népal, dans l’isolement d’un site perché sur une montagne dominant Katmandou, se déroulèrent, en mai 1996, les entretiens qui fournissent la substance de cet échange entre Le moine et le philosophe.

 

 

Informations complémentaires

Adresses de sites liés à l’émission de la semaine :

- Welcome to Shechen Tennyi Dargyeling, a Nyingma Tibetan Buddhist site :

Le site du monastère de Shechen au Népal où Matthieu Ricard réside la majeure partie de l’année. Entre autres document à y découvrir, une biographie accompagnée de nombreuses photos de son maître Dilgo Khyentse Rinpoché.

http://shechen.12pt.com/index.html

- Tibet info : Bureau du Tibet Paris (France)

Le site d’information sur le bureau du Tibet en France, hébergé sur "Tibet info". Nombreuses informations pour tous ceux qui souhaitent soutenir la cause tibétaine. A visiter régulièrement.

http://www.tibet-info.net/bureau-tibet/

- Tibetan Government in Exile’s Official Web Site

Le site officiel du gouvernement tibétain en exil. En anglais.

http://www.tibet.com/index.html

- Editions Padmakara

Le site des éditions Padmakara, dont depuis de nombreuses années le comité de traduction fait un travail remarquable pour préserver les enseignements du bouddhisme tibétain et les mettre à la disposition des occidentaux.

http://www.padmakara.org/

Portfolio