"Voix Bouddhistes" du 4 novembre 2001

Le Bouddha et sa qualité d’Omniscience

Invité : Vénérable Dhammaratana

publié le dimanche 4 novembre 2001

Les textes canoniques mentionnent les nombreuses qualités des bouddhas. Lors de l’émission du 6 juin dernier, Véronique Crombé a plus précisément détaillé les qualités physiques, à travers les trente-deux marques majeures du corps d’un bouddha. Cette semaine, le Vénérable Dhammaratana, moine dans la tradition du theravada, chercheur à l’Unesco et à la Sorbonne, et secrétaire général de la congrégation bouddhique Linh Sonh, aborde plus précisément l’omniscience, attribut exclusif des parfaits bouddhas selon le theravada.

Dans l’interview réalisée pour le site, il précise notamment ce que la tradition theravada appelle parfait bouddha, en revenant sur les termes d’arhat, de bodhisattva, de shravaka et de pratyekabuddha.


Interview du Vénérable Dhammaratana (*)

Le Bouddha lui-même n’a jamais dit qu’il était omniscient.

En tant que bouddhistes, nous croyons que "tout connaître" veut dire connaître les quatre nobles vérités.

Voix bouddhistes - Qu’entend-on exactement par omniscience quand on parle de l’omniscience du Bouddha ?

Vén. Dhammaratana - Un être omniscient c’est quelqu’un qui connaît tout dans cet univers, qu’il s’agisse du monde relatif ou du monde absolu.

Dans les textes canoniques, le Tipitaka pali, parmi les épithètes utilisés pour décrire les qualités du Bouddha, on trouve des épithètes disant que le Bouddha est " Sabbannu ", ce qui veut dire qu’il connaît tout, et " Sabba dassavi ", ce qui veut dire qu’il voit tout. C’est pourquoi nous disons que le Bouddha est omniscient.

Le Bouddha lui-même n’a jamais dit qu’il était omniscient. Pourquoi ne le dit-il pas ? Parce que son but n’est pas de faire quelque publicité que ce soit, mais de libérer les êtres du samsara.

Lorsqu’il rencontre les représentants d’autres religions (62 traditions religieuses sont mentionnées), tous disent qu’ils sont omniscients. Mais comment une personne peut-elle elle-même savoir qu’elle est omnisciente ? C’est la raison pour laquelle le Bouddha a critiqué leur point de vue. Je ne crois pas du tout que ceux qui se prétendent omniscients le soient le moins du monde. Ces gens ne voient le monde qu’avec un seul œil.

Alors que lorsque des gens viennent le voir et lui demandent s’il est omniscient, le Bouddha répond simplement : " Je peux voir le passé, je peux voir le présent, je peux voir le futur. " Ce qui signifie certes qu’il connaissait tout, mais ce qu’il a compris, ce sont les quatre nobles vérités. En tant que bouddhistes, nous croyons que tout connaître veut dire connaître les quatre nobles vérités. Les quatre nobles vérités englobent tout. Tout ce qui peut être compris du monde humain, le Bouddha l’avait compris. C’est cela l’omniscience.

Voix bouddhistes - Cela ne veut donc pas dire, par exemple, qu’il connaissait toutes les sciences ?

Vén. Dhammaratana - Connaître les sciences, ce n’est pas important. L’important, c’est sa mission. Cette mission est de comprendre comment atteindre la libération. Il l’a réalisée et il l’a vécue. C’est pourquoi nous disons qu’il est omniscient.

Voix bouddhistes - Peut-on faire le lien avec les paroles du Dalaï-Lama, lorsqu’il dit à propos de réincarnation que si l’on veut connaître le passé, il suffit de connaître le présent, et que si l’on veut connaître le futur, il suffit de connaître le présent ?

Vén. Dhammaratana - C’est juste. Il y a d’ailleurs un texte qui s’appelle l’Anagata vamsa. Anagata signifie futur, il s’agit donc de ce qui va se passer dans le futur.

Voix bouddhistes - Quelles sont les autres qualités du Bouddha mentionnées dans la tradition qui indiquent également son caractère omniscient ?

Vén. Dhammaratana - Il a les yeux divins, les oreilles divines. Il peut voir tout l’univers, il peut sonder le cœur et l’esprit des gens, il peut voir leurs vies antérieurs, il peut voir ce vers quoi ils se dirigent. Pour tous les êtres.

Ces caractéristiques particulières n’existent que chez une personne qui a transcendé le niveau humain. Et tout ce qui pouvait être compris du niveau humain, du monde humain, il l’avait compris. C’est cela l’omniscience.

Dans la tradition theravada, on ne dit pas qu’il est nécessaire de devenir un bodhisattva pour devenir un bouddha. On peut atteindre l’éveil en devenant un arhat, un bodhisattva, un pratyekabuddha, ou même un shravaka.

Voix bouddhistes - Tout pratiquant bouddhiste souhaite atteindre l’éveil. Peut-on pour autant dire que tout pratiquant deviendra un bouddha, et qu’à ce titre il est également appelé à atteindre l’omniscience ?

Vén. Dhammaratana - Pour répondre à cette question, il faut d’abord préciser les choses. Dans le bouddhisme theravada, on ne dit pas que tous les êtres deviendront un bouddha, contrairement au bouddhisme mahayana, avec le concept du bodhisattva.

Le Bouddha lui-même n’a jamais donné aucun sermon au sujet du bodhisattva. Il dit simplement dans certains sermons : " J’étais ceci lorsque j’étais un bodhisattva. J’ai fait telle chose, j’ai rencontré telle personne… C’est la raison pour laquelle aujourd’hui je suis un bouddha. " Autrement dit il fait référence au bodhisattva.

Selon la tradition mahayana, tout le monde a la nature de bouddha, chacun peut un jour devenir un bouddha, et doit pour cela réaliser l’idéal du bodhisattva, qui est de travailler au bien de tous les êtres et ultimement à leur libération.

Mais dans la tradition theravada, on dit qu’il n’est pas nécessaire de devenir un bodhisattva pour devenir un bouddha. Vous pouvez devenir un arahant (sanskrit arhat), ce qui veut dire que vous réalisez les quatre nobles vérités et que vous atteignez l’éveil. Vous pouvez devenir un bodhisattva, ce qui veut dire que vous avez atteint l’éveil et que vous prenez la résolution de travailler pour les gens. Et vous pouvez devenir un pratyekabuddha, c’est à dire un bouddha individuel.

Un pratyekabuddha, c’est aussi un être éveillé, mais il n’a pas la perfection du Bouddha. Devenir un bouddha parfait, c’est atteindre la position suprême, non seulement pour le monde humain, mais pour l’univers entier, y compris le monde des divinités.

Le terme shravaka désigne un noble disciple du Bouddha. Dans la tradition theravada, il est dit que même les shravaka peut devenir un bouddha après avoir entendu l’enseignement du Bouddha.

On peut donc atteindre l’éveil en étant un shravaka, un arahant, un pratyekabuddha ou un sammasambuddha, un bouddha parfaitement éveillé. Mais selon ma compréhension, aucun n’est égoïste, chacun a un engagement pour le bien de l’humanité.

Voix bouddhistes - Chacun d’eux, lorsqu’il devient un bouddha, atteint-il l’omniscience ?

Vén. Dhammaratana - Non. La qualité d’omniscience ne s’applique qu’aux parfaits bouddha. Pas aux bodhisattva, ni aux arahant, ni aux shravaka. Durant les quatre derniers éons il y a eu quatre parfaits bouddhas : Kakusandha, Konagamana, Kassapa, Gotama. Gotama est le quatrième. Le cinquième est Metteya (sanskrit Maitreya), le bouddha du futur. Tous ont la qualité d’omniscience.

Voix bouddhistes - Que signifie exactement parfait bouddha ?

Vén. Dhammaratana - Les textes pali disent : " Araham samma sambuddho. " Un bouddha parfait, c’est déjà un arahant, c’est déjà un bodhisattva, c’est un être éveillé. Sans devenir un arahant, sans devenir un bodhisattva, sans devenir un être éveillé, il ne peut pas devenir un bouddha parfait.

Voix bouddhistes - En dehors de Sakyamuni (sanskrit Sakyamuni), le Bouddha historique, quels sont les autres bouddha parfaits ?

Vén. Dhammaratana - Il y a des milliers de bouddhas dans cet univers. Durant les quatre derniers eons il y a eu quatre bouddhas : Kakusandha, Konagamana, Kassapa, Gotama (sanskrit Krakuccandra, Kanakumuni, Kasyapa, Gautama). Gotama est le quatrième. Le cinquième est Metteya (sanskrit Maitreya). Tous ont la qualité d’omniscience.

Voix bouddhistes - Metteya est souvent mentionné dans le mahayana et le vajrayana, il fait donc également partie du theravada ?

Vén. Dhammaratana - Oui, et il est omniscient. Il est un parfait bouddha.

Voix bouddhistes - Metteya signifie " amour ", il est souvent qualifié de " bouddha du futur ". Quand sa manifestation terrestre aura-t-elle lieu ?

Vén. Dhammaratana - Il viendra au terme d’une période de 5000 ans, le Kalpa Vinassa, après le bouddha Sakyamuni. La moitié de cette période est déjà écoulée. Après cette période, le monde humain disparaîtra, et le monde suivant sera celui du bouddha Metteya. Ceci non seulement selon la tradition theravada, mais selon toutes les traditions ; c’est un enseignement de base. (*) Interview réalisée par Jean Christophe pour l’Union Bouddhiste de France


Livres présentés lors de cette émission :

Paix des âmes, paix des cœurs

Sa Sainteté le 14ème Dalaï-Lama Tenzin Gyatso

Editions : Presses du Châtelet

ISBN : 2845920288

Un livre de dialogue entre Sa Sainteté Le Dalaï Lama et plusieurs personnalités prix Nobel de la Paix, parmi elles Monseigneur Desmond Tutu, Joddy Williams, ou encore Aung San Su Ki.

 

J’ai connu le Tibet libre

Editions : Grasset

ISBN : 20 246 57631 8

L’auteur, fidèle compagnon de route de Dagpo Rimpoché, toujours à ses côtés, raconte ici avec pittoresque et émotion, leur histoire commune, au Tibet, en Inde et en France. Un émouvant témoignage de la vie dans les monastères, de la fuite du Tibet aux combats menés pour survivre, de la venue en occident, afin que perdure la mémoire du Tibet non oublié.

 

Sambodhi - Bulletin de la Pagode du Bourget

Le 17 Septembre 1989, le Centre Bouddhique International en France a été inaugurée officiellement avec la bénédiction du Vénérable Balangoda Ananda Maithri Mahanayaka Thera, et en présence de l’ambassadeur de Sri Lanka , Monsieur Ananda W.P Gurugé, et des membres du clergé bouddhiste. Aujourd’hui, ce centre est devenu un lieu important pour des personnes qui aspirent à l’apprentissage et la pratique du Bouddhisme, et pour ceux qui sollicitent un lieu propice à la méditation.

Une variété d’ouvrages sur l’enseignement bouddhique y est disponible, et le Centre a déjà publié une vingtaine d’ouvrages jusqu’à présent. Nous diffusions à grande échelle des œuvres d’auteurs éminents comme Vénérable Walpola Rahula et Vénérable Hénépola Gunaratana ainsi que le Dr. Mohan Wijayarathna. Le site Web du Centre www.centrebouddhique.net possède de nombreux détails et informations pour ceux qui en sollicitent et qui sont intéressés par l’étude du Bouddhisme.

Le Centre bouddhique International aide les personnes désireuses d’apprendre la philosophie bouddhique et la vérité. La voie du Bouddha est exempte de toute contrainte, et ne cherche pas a faire des adeptes. La pratique du Bouddhisme procure au sujet la possibilité de mener une vie saine et pacifique sans causer de tort à qui que ce soit d’entre les êtres vivants.

Les moines résidant au Centre Bouddhique International du Bourget , le Vénérable Parawahera Chandaratana primat du Centre, le Vénérable Mapalagama Jinananda et le Vénérable Talangallé Sumangala. Le Centre offre son soutien à des communautés bouddhistes de différents pays tels que : Sri Lanka, Laos, Cambodge, Chine, Thaïlande, Birmanie… et s’engage dans des projets caritatifs pour les défavorisés.

 

 

Portfolio