"Voix Bouddhistes" du 22 septembre 2002

Les prématurés 2/2

Invités : Dagpo Rimpoché et le Docteur Jean-François Magny

publié le dimanche 22 septembre 2002

Seconde partie d’une émission en deux volets consacrée aux prématurés : quels soins donne-t-on aux enfants nés prématurément, et quelle est l’éthique médicale en France dans ce domaine ?

Dagpo Rimpoché, de tradition Gelougpa, est l’un des premiers Lamas à avoir introduit l’enseignement du bouddhisme tibétain en France où il vit depuis les années soixante. Né en 1931 dans le sud-est du Tibet et reconnu comme tulkou - lama incarné - par S.S. le XIIIe Dalaï-Lama, il est chef de plusieurs communautés monastiques au Tibet. Docteur en philosophie bouddhiste, il a enseigné la langue et la culture tibétaines à l’INALCO durant trente ans.

Le Docteur Jean-François Magny, médecin pédiatre, est chef-adjoint du service de néonatologie de l’Institut de Puériculture de Paris.


Livres présentés lors de cette émission :

Informations importantes sur la Sécurité Sociale des religieux : Cavimac

ISBN : A l’adresse des centres bouddhistes

1. Qui doit être affilié à la Cavimac ?

Important : Ce sont les collectivités religieuses qui adhèrent à la Cavimac, puis y affilient leurs membres correspondant aux 3 critères suivants :

  • critère de la « qualité cultuelle » : ministres du culte et/ou membres des collectivités religieuses (monastères, congrégations, associations cultuelles, autres)
  • critère de résidence : séjour en France supérieur à trois mois
  • critère de subsidiarité : pas d’affiliation à un autre régime obligatoire (salariés, retraités, travailleurs indépendants, professions libérales, étudiants - 28 ans, etc.). Pour les étudiants jusqu’à 28 ans déjà inscrits au régime étudiant maladie avant d’avoir acquis la qualité religieuse, ils doivent cotiser uniquement pour le risque vieillesse à la CAVIMAC à la date d’entrée dans la vie religieuse.

NB La Cavimac laisse à chaque culte le soin de définir le statut cultuel de ses membres, et lui demande les normes à appliquer, éventuellement différentes selon les courants.

2. Délais de déclaration

Les collectivités religieuses ont l’obligation légale de déclarer à la CAVIMAC ceux de leurs membres qui ont un statut cultuel (ministres du culte, moines, moniales, etc.), dans un délai d’un mois à compter de la date à laquelle les conditions d’affiliation sont remplies.
Les dossiers sont à demander au siège de la Cavimac.

3. A propos de la CMU (Couverture Maladie Universelle)

* Les personnes qui sont ministres du culte ou membres de collectivités n’ont pas droit à la CMU , car elle est strictement destinée aux personnes nécessiteuses.
Toutes les CPAM de France ont reçu en 2010 des directives pour vérifier le statut des demandeurs de CMU et leur adresse. A la moindre suspicion du statut cultuel (adresse d’un monastère, mention du statut de moine ou nonne), le dossier est désormais transmis à la Cavimac, qui lance une procédure de contrôle.

* En revanche, les personnes affiliées à la Cavimac peuvent déposer des demandes de CMU complémentaire (en tant que mutuelle).

3. Rappel de la Législation française relative à la Sécurité Sociale

  • 1975 : Loi de généralisation de la sécurité sociale, désormais obligatoire pour tous les Français ainsi que pour tous les résidents étrangers à long terme (séjour de plus de trois mois). Les résidents temporaires (séjour de moins de trois mois) doivent donner la preuve d’une assurance personnelle.
    A noter : le recours à des assurances privées n’est donc pas permis aux personnes résidant en France de manière permanente ou pour un séjour de plus de trois mois.
  • 1978 : Institution d’un régime de la protection sociale des ministres du culte et des membres des congrégations et collectivités religieuses, qui ne sont pas affiliés à un régime obligatoire de Sécurité sociale.
    Ce régime est « particulier » et « subsidiaire ».
    Il est avantageux, car moins onéreux que les autres régimes.
  • 2000 : La Caisse prend le nom de Cavimac - Caisse d’assurance vieillesse, invalidité et maladie des cultes.

4. Tarifs en 2016 (calculés sur la base du Smic)

A taux plein : 462, 70 € par personne et par mois (// 426,39 € en 2012)
Régime particulier (couverture maladie limitée aux gros risques, cad aux frais d’hospitalisation) : 383, 18 € (// 351,04 € en 2012)

5. Quelques avantages de la CAVIMAC

  • couverture maladie
  • droits à la retraite exportables : les pensions sont versées à tous assurés parvenus à l’âge de la retraite, qu’ils résident en France ou à l’étranger
  • la pension de retraite est versée au choix du retraité sur son compte personnel ou sur le compte de la collectivité religieuse dont il relève
  • diverses aides sociales (par ex, prise en charge partielle ou totale des frais d’aménagement de l’habitat en cas de handicap, ou d’acquisition de petits matériels médicaux rendus nécessaires par l’âge ou la maladie, etc.)

6. Quelques chiffres

En 2010, sur 1300 collectivités affiliées à la Cavimac, 50 sont bouddhistes, pour un chiffre de 129 assurés sociaux

 

Trungpa - Biographie

Fabrice Midal

Editions : Seuil Editions du

ISBN : 2-02-054430-X

Chögyam Trungpa, estimait que le bouddhisme transmis en occident devait donner naissance à un bouddhisme occidental, ce qui impliquait une profonde réflexion sur la langue et la culture dans laquelle le Dharma allait s’ancrer, ainsi qu’une immersion sans retenue dans le quotidien du monde occidental. Chögyam Trungpa, maître du bouddhisme né au Tibet en 1939, et mort au Canada en 1987, est l’un des tout premiers maîtres spirituels à avoir enseigné la sagesse du bouddhisme aux occidentaux.

 

Retour à l’essentiel - Rencontres au Québec

Arnaud Desjardins

Editions : Table Ronde Editions de la

ISBN : 226617973X

Ce nouvel ouvrage d’Arnaud Desjardins se présente sous une forme très différente des précédentes. C’est la transcription, sous forme de questions - réponses, de dix jours de rencontres quotidiennes avec des auditeurs québécois. Les questions concernent des thèmes très divers. Tous les aspects relatifs à l’engagement dans une recherche spirituelle sont abordés d’une manière très concrète. Les Québécois posent des questions très directes dans lesquelles ils s’impliquent personnellement. Certaines rejoignent la métaphysique, d’autres concernent les difficultés de tous les jours. Le chemin de la sagesse épouse notre vérité quotidienne, nos désirs et nos refus, nos craintes et nos espoirs.

Au fil des pages, à partir de nos questions existentielles, de nos souffrances, de nos manques, Arnaud Desjardins nous ramène inlassablement à l’essentiel, au cœur de la voie, sans nier notre réalité ni nos limites. Il ne cesse de nous rappeler que notre vraie nature est libre, éveillée et joyeuse et il nous indique pas à pas le chemin pour la révéler.

 

Prière et méditation dans le christianisme et le bouddhisme

Dr Jean-Pierre Schnetzler, Henri Bourgeois

Editions : Desclée de Brouwer

ISBN : 2220041549

Parmi les manifestations actuelles du dialogue inter-religieux, la confrontation entre le bouddhisme et la foi chrétienne apparaît comme l’un des phénomènes les plus marquants.

Alors que le bouddhisme s’installe de plus en plus en Occident, par la diffusion de sa sagesse, par la présence de communautés ou le rayonnement de personnalités comme le Dalaï-Lama, il devient plus urgent de préciser ce qui rapproche ou distingue celui-ci du christianisme.

En prenant comme thème central la prière et la méditation, ce livre obéit à cette exigence de vérité. On oppose souvent la prière chrétienne, rencontre d’un Autre, et la méditation bouddhiste, recherche du vide. On souligne à l’envie leurs différences.

Mais est-ce simple ? Peut-on dépasser les a priori et les préjugés pour mesurer l’apport de ces spiritualités respectives ?

A travers deux textes successifs, et volontairement parallèles, chacun laissant en lui la place de l’autre, Henri Bourgeois, théologien catholique et Jean-Pierre Schnetzler, bouddhiste, psychiatre, confrontent leurs points de vue sans complaisance. Mais avec beaucoup d’espérance !

 

 

Informations complémentaires

Adresses de site lié à l’émission de la semaine :

- Institut Ganden Ling

http://gandenling.free.fr/fr/index.html

Première congrégation bouddhiste d’obédience Guélougpa légalement reconnue en France, l’Institut Gandèn Ling poursuit l’œuvre entreprise dès 1978 par son fondateur Dagpo Rimpoché. Il agit en collaboration avec l’association culturelle Institut Guépèle, et l’association culturelle à but humanitaire Entraide Franco-Tibétaine.

La congrégation Gandèn Ling est une communauté autonome qui a pour but de s’adonner à la prière conjuguée à l’étude, la réflexion et la méditation de l’Enseignement du Bouddha, de transmettre à toute personne ou groupe de personnes le désirant, en France ou à l’étranger, cet enseignement, de participer à des œuvres sociales, activités philosophiques, d’assistance et de bienfaisance.

Le Maître fondateur, Dagpo Rimpoché Losang Jamphel Jhampa Gyamtshog, est né en 1931 dans le sud-est du Tibet et a été reconnu comme tulkou - lama incarné - par S.S. le XIIIe Dalaï-Lama. Chef de plusieurs communautés monastiques au Tibet, et docteur en philosophie bouddhiste, il a enseigné la langue et la culture tibétaines à l’INALCO durant trente ans.

Portfolio