Je souhaite apporter un démenti vigoureux aux propos qui m’ont été prêtés dans le journal Libération du samedi 2 novembre.

J’ai été interviewé par l’AFP sur le thème « la position des bouddhistes sur le mariage homosexuel ». J’ai répondu à la journaliste que les bouddhistes n’avaient pas d’opinion dogmatique sur ce thème, et surtout que notre religion laissait à chaque individu le choix en ce domaine. J’ai ajouté qu’il appartenait à chaque pratiquant bouddhiste de réfléchir à ses actes en faisant preuve de sagesse, de respect de l’autre et en adoptant un point de vue non-égoïste.
La journaliste a traduit mes propos de la façon suivante :
« De son côté, Olivier Wang-Genh, vice-président de l’Union des Bouddhistes de France, souhaite »qu’on réfléchisse aux conséquences qui découlent d’actes individualistes et égoïstes".

Olivier Wang-Genh
Vice-président de l’UBF