Scénographie BACI du 15 Juin 2008

1)- 15h00 :

  • Le Pa Khouan est déjà dressé( suivant le temps à l’extérieur ou sous le sala s’il pleut…) les Mô Phone sont en place assis.
  • Appel au Baci : coups de Gong => cortège Mô Khène, Mô Lam, des Pou Sao et Lao en costume, se forme… beaucoup de cris de joie et de chants annonçant en Lao, que : « Le Grand Baci va avoir lieu, que tout le monde se rassemble !… »
  • ils vont chercher et accompagnent les invités d’honneur jusqu’en face des Mô Phone et le font asseoir face au Pa Khouan.

[ lieu à définir sur pelouse près de l’entrée ?… voir implantations de stands ?… les 2 Mô phone devront être équipés chacun d’un micro VHF…]

2)- 15H15 :

  • Allumage du cierge du Mak Beng, les 2 Pou Sao qui portaient les offrandes de betel et le Kay Khouan, déposent les offrandes devant le Pa Khouan et allument le cierge et déroulent le sincana.

3)- 15H20 :

  • Lecture des définitions & explications, sur Khouan & Sou Khouan. En français

4)- 15H30 :

  • Baci en Lao et Français Alterné.

5)- 15H55 :

  • courte explication de la cérémonie de Phouk Kene => le lien des cordons….

6)-16H20 :

  • Le cortége du début se reforme et se dirige vers l’estrade des Danses organisées par les femmes Lao (AFLF).
  • ils entraîneront derrière eux les spectateurs en les invitant à les suivre, seule une partie des participants (les musiciens, Mô Lam et trois ou quatre couples choisis au préalable) monteront sur scène et danseront le Lam Vong, pendant la durée nécessaire à la mise en place et en attendant que la responsable des femmes lao vienne présenter leur spectacle de danses.

7) -16H40 :

  • début des danses Lao

Aujourd’hui est un jour faste, c’est un jour faste entre tout autre !… Nous MÔ PONE, avec les anciens avons choisi cette heure, et nous avons fait confectionner le PHAKHOUAN, avec les « Ô » et les « KHAN », selon l’usage transmis par les âges, nous avons évoqué la bénédiction et la protection du seigneur BOUDDHA, pour que cette cérémonie puisse rester gravée dans la mémoire du Futur, Pour que chaque participant en retirent les multitudes de mérites, pour qu’ils soient fils & filles royales de SIDDAHATHA, pour que vous qui participez à cette cérémonie de grand renom, soyez tous, vous, vos enfants et petits enfants : grands seigneurs au dessus de tous les autres !.. Aujourd’hui est un jour faste parmi tous les autres, ainsi, nous invoquons les divinités, nous demandons au Souverain Suprême des êtres célestes de venir répandre sa connaissance sur vous, qu’il vienne prendre et élever les KHOUAN, afin qu’ils soient plus grands et plus hauts, pour qu’ils soient multitudes !.. Aujourd’hui jour faste s’il s’en fut, nous vous invoquons : SAKKÈ qui demeurez dans le Paradis aux seize étages ; KAME, qui demeurez dans le KAMAPHOB, CHAROUPÈ qui demeurez dans le ROUPAPHOB et les sphères divines, KHRISIS qui demeurez dans les choses inanimées ! Les montagnes et les cours d’eau !… . ATTARIKÈ, qui demeurez dans les airs ; et vous divinités des montagnes, des fleuves, venez nous assister et soyez nous favorables, écoutez nous !.. aussi nombreuses que vous soyez, silencieuses, tendez l’oreille à l’invitation que nous vous adressons, venez recevoir nos offrandes !.. Ce jour est un jour très faste, c’est un jour très convenable, c’est le jour ou le roi victorieux rentre à son palais !.. C’est ce jour que nous avons choisi, pour mettre dans ce plateau, les œufs, les tendres tubercules, les noix de coco bien pleines, les cuisses de poulet bien tendres, ce bon alcool de ban SINGTHA, et tous ces mets précieux et recherchés…. Alors nous vous appelons à vous joindre à nous, vous les KHOUAN chéris, égarés dans le brouillard, noyés dans le tumulte du fleuve, tombé dans les trous, glissés dans la rivière, les ruisseaux, dans la mare des lotus, au milieu des grenouilles…

Venez, oh KHOUAN, venez par la piste qu’on vient de balayer, par la sente que nos coupe-coupe vous ouvrent… Revenez chez nous, passez le gué si l’eau n’est pas trop haute, sinon traversez à la nage, quand vous arriverez au raï, ne vous endormez pas sous la paillote, ni sur la souche, pour vous reposer…. Approchez, n’ayez craintes des génies et des fantômes, venez oh KHOUAN et si vous avez mangé avec les PHI, vomissez leur riz, si vous avez chiqué avec les PHI recrachez la bouchée de bétel… Venez le ventre vide et propre, pour manger le riz de votre ‘Oncle’, pour venir manger les poissons frais péchés que vous offre l’aïeul…Car ici il y a tout ce que vous recherchez si loin. Ici tout pousse à foison, sans effort, les belles filles chantent les plus beaux KÔN PHA GNA, le Sommeil n’a pas besoin de la Fatigue,toutes les beautés du monde sont rassemblées ici, et l’air que l’on respire ici est si parfumé qu’il enivre plus que tous les meilleurs LAO-LAO… Revenez, oh ! KHOUAN de la tête qui serait allé naître au ciel d’AKALITA… Revenez KHOUAN des jambes, qui seraient allé naître à HONGSA, chez les Homme, au ‘Petit Village’ où la rosée ne tarit jamais, où ne chantent pas les coqs, où ne luit jamais le soleil !… Revenez, oh KHOUAN égarés qui êtes allés dans le village des serpents à deux têtes et des déesses à deux chignons…. Ne vous attardez pas en chemin, sur la couche de la belle PHOU SAO, ne restez pas dans les montagnes, ni sous la jarre de chum, ne prenez pas mal au ventre en buvant avec le buffle… Venez, dans votre maison, bâtie de forts piliers, de planches de bois lisses et odorantes, couverte d’une épaisse paillote que supporte un poutre, que seuls huit éléphants n’ont pu tirer, venez vous installer où il fait frais et bon … Venez dans cette vaste demeure où rien ne manque, où chacun vous aimera et vous chérira, où votre présence aura valeur de l’or et des pierres les plus précieuses… Venez devant ce PHAKHOUAN, et restez dorénavant ici chez vous !.. Soyez aussi résistant que le bois du cerf au quatrième mois. Plus solide que la Colonne qui tient dans les chaînes la fille du Seigneur des Anges, le divin BRAHMA, au plein milieu du ciel. Plus robuste que les bases de l’HIMALAYA, plus haut que le Mont MERU, plus durable que la course de la Lune, plus lumineux que l’astre solaire…

Aujourd’hui, jour solennel, nous les anciens, disons que ce jour est fort et impérissable c’est pourquoi, nous renouvelons l’invitation aux KHOUAN chéris, à croître jusqu’à atteindre le sommet du PHÂSÂT, de se fortifier toujours plus, jusqu’au THAT SICHAN…. Aujourd’hui jour lunaire faste et immortel, avec le hardi cavalier du nom vénéré de SANGKIP, j’enfourche mon cheval céleste en quête des KHOUAN, pour les inviter au banquet sur ce plateau de lourd argent, par cette coupe taillée dans un joyau incomparable. Venez déguster ces délices, car ils ont été préparés par les KINNARI !.. Nous vous prions KHOUAN précieux, sur cette terre FALANG, de participer à cette fête qui n’eu jamais d’égale !.. Que par ces 7 feuilles de GNO, selon les formules que je détiens des anciens : des 10 MÔ des collines, des 30 MÔ secondaires, des 50 MÔ des montagnes, vous soyez fortifiés, que ces 7 feuilles de BÖNH KHAO, vous rendent robuste. Oh ! Trente deux KHOUAN de la naissance, retournez aux corps de vos origines, que votre vie dure mille ans, que vos richesses abondent en toutes sortes, éléphants, chevaux, or et argent…. si vous êtes prisonnier, soyez libérés, si vous avez la fièvre, soyez guéris, car ce SOU KHOUAN offert à un KHOUN le fera PHAGNA, offert à un PHAGNA il en fera un ROI… Revenez KHOUAN de l’extérieur, de l’intérieur, de la périphérie et du centre, KHOUAN du Pays béni des LAO, du pays prospère des FALANG.. Oh ! KHOUAN du postérieur subtil, du ventre qui à faim, KHOUAN des seins généreux, des cheveux noirs parfumés, de la bouche des beaux discours, des yeux et des cils qui battent au son du cœur devant les merveilles, KHOUAN des doigts agiles qui caressent, des bras qui étreignent, des belles et fortes jambes, des épaules, des oreilles…. Venez, venez, accourez tous en ce jour faste !… Venez porter chance à nos amis FALANG & LAO, pour qu’ils restent inséparables et puissent vous combler de tous les délices… Soyez tout-puissant sur le monde !.. Que tous fléchissent devant vous, et que vous puissiez à jamais ignorer le besoin !.. ayez l’Âge, ayez la santé, ayez le bonheur, ayez la Force !….

(SATHOU !)

Après ces litanies rituelles :

Les « PHOUK KÊNE »

L’honneur du premier ‘lien’ revient au plus ancien et respecté de l’assemblée. Celui-ci tend son avant bras vers l’officiant, tête penchée il met l’autre main à la hauteur de l’arête de son nez, comme pour le ‘Vaye ‘ le coude soutenu par une autre personne de l’assistance.

L’officiant prend alors un lien par le milieu, laissant pendre les deux extrémités qu’il promène en le balançant sur l’avant-bras qui lui est tendu, en long et en perpendiculaire, il chasse et balaye ainsi les KHO, puis il détache des brins de coton des extrémités du lien, qu’il jette vivement au loin du coté du Couchant.

Il dépose ensuite dans la main ( gauche ou droite) tendue du récipiendaire, le KAY KHOUAN, un œuf, une boulette de riz, une banane… L’autre main en position de prière, à hauteur du front.. Ensuite, il rapproche la main au dessus du PHA KHOUAN, de manière à ce que celle-ci touche le dos du poulet ; et il attache le lien autour du poignet, roule ensemble les 2 mèches du lien entre ses doigts en terminant par une formule appropriée.

Puis il recommence l’opération avec une autre personne, les récipiendaires peuvent à leur tour faire de même avec les personnes de leurs choix.

Il est de coutume de conserver ce cordon quelques jours.

Fin de la cérémonie.

Ce 15e.jour de la pleine lune, du 6e.mois, de l’an 2551 E.B.

( adaptation de circonstance)

Cérémonie de SOU KHOUAN Allumage des cierges du MAK BENG. *** Invocations à BOUDDHA

« Par cette invitation des KHOUAN, excellente cérémonie, nous demandons prospérité et sainteté, par leBOUDDHA, par le DHAMMA, et par le SANGHA. Par les THEVADA de la terre et du ciel, par INDRA, et par BRAHMA, qui ont le pouvoir des nous accorder les bénédictions »

Recit du SAYANTO

« Handa mayam buddhassa bhgavato pubba-bâga-nama kâram karoma sé :

 : Namo tassa bhagavato arahato samma-sambuddhassa « … (3fois)

« Hand mayamsarana-gamana-pâtham bhanâma sé :

 : Buddham saranam gacchâmi Dhamman saranam gacchâmi Sangham saranam gacchâmi

Dutiyampi buddham saranam gacchâmi Dutiyampi dhamman saranam gacchâmi Dutiyampi sangham saranam gacchâmi

Tatiyampi buddham saranam gacchâmi Tatiyampi dhammam saranam gacchâmi Tatiyampi sangham saranam gacchâmi

Document annexe

Offrandes et décors

- une grande nappe blanche.

  • Un grand Pa Khouane d’argent.
  • Un Mak Beng en feuille de Bananier.
  • Une Bobine de coton blanc pour le sincana et les phouk Kêne.
  • Des cierge de cire d’abeille.
  • Des fleurs blanches, si possible.
  • Un poulet bouilli, entier avec pattes et tête (et sa langue !).
  • Au moins 3 œufs (durs) très blancs.
  • Au moins 3 bananes.
  • Au moins 3 Kao tom.
  • Une Bouteille de Lao-Lao et un petit verre, le tout sur un plateau.
  • Des feuilles de bétel et quelques noix d’arec.
  • Un petit Hip kao rempli de kao niow, (cuit).
  • Des fruits : papaye/oranges vertes/tamarin/Longanes/ Ananas ……

Le Mô Khouane est habillé si les circonstances le réclame d’une veste blanche,un Salong de soie et pha Bieng brodé, ou bien si l’on reste plus populaire, d’une chemise blanche avec un pha hi pho de sa région, éventuellement à carreau rouges, si il cumule des fonctions de Cham ou de Mô Thiem….