L’auteur de ce livre est le Lama tibétain Gueshe Jampa Tegchok. Il suit, dès son plus jeune âge et pendant vingt et un ans, des études à l’université monastique de Séra à Lhassa. En 1959, ayant fui le Tibet, il devient un des principaux enseignants du même monastère reconstitué dans le camp de réfugiés de Buxaduar, en Inde. Plus tard, il réside à l’université de Sanskrit de Bénarès et reçoit le titre d’Acarya (Docteur en philosophie bouddhiste). En 1971, Sa Sainteté le Dalaï-Lama le désigne comme maître à l’Institut des Hautes Etudes Tibétaines de Sarnath. En 1979, il accepte la position de Directeur des Etudes de Guéshé à l’Institut Manjushri et depuis 1983, il est l’Abbé du Monastère de Nalanda, une communauté monastique de tradition Guélougpa appartenant à la Fondation pour la Préservation de la Tradition Mabayana (FPMT).

De façon générale, la fonction de tout enseignement est d’ exercer l ’esprit de celui qui le reçoit, à la vertu, de façon à l’améliorer progressivement .

« Le chemin de la paix intérieure » est un commentaire aux " sept points de l’entraînement de l’ esprit " composés par Guéshé Chékawa qui s’inscrit dans la lignée Kadam établie au Tibet au onzième siècle par le Maître Indien Atisha.

La qualité particulière des enseignements de l’entraînement de l’ esprit est une attitude inflexible vis-à-vis des circonstances soi disant défavorables ; la méthode consiste principalement à libérer les pensées de tout égoïsme, effectuant ainsi une véritable transformation de la psyché grâce à laquelle le bonheur devient accessible malgré et avec les situations difficiles de la vie.

En ces temps de dégénérescence où les forces contraires abondent et où la paix des individus et des collectivités est grandement compromise, ces instructions qui nous permettent d’utiliser les problèmes comme tremplin au développement intérieur sont particulièrement enrichissantes ; parce que l’harmonie des peuples dépend du calme et de la lucidité des personnes.

Cet ouvrage est une description détaillée du chemin permettant d’obtenir la disposition d’esprit des Bodhisattvas, ces êtres complètement dédiés aux autres : en cela, il constitue un bon manuel de méditation et représente un ami très précieux.