Ce livre traite de la vue et de la pratique du dzogchen, la grande perfection naturelle, voie directe permettant d’actualiser la nature essentielle de l’esprit. Le dzogchen est une école de bouddhisme tibétain dont les enseignements pénètrent peu à peu en Occident grâce à des maîtres comme Naimkhai Norbu ou Sogyal Rimpoché. Le texte expose les différents points de cet entraînement spirituel.

Quatrième de couverture :

Le Miroir au Sens Limpide est un texte dzogchen du grand maître tibétain Nuden Dorjé (XIXe siècle) ici commenté par James Low.

Il traite de la vue et de la pratique du dzogchen, la grande perfection naturelle, voie directe permettant de s’éveiller sans effort à la nature essentielle de l’esprit, de manière immédiate et radicale, grâce à des pratiques très puissantes et originales.

Rares sont les textes authentiques du dzogchen disponibles dans des langues occidentales ; la publication de celui-ci en français est un événement pour tous ceux qui s’intéressent au bouddhisme, ou plus largement qui cherchent des voies vers l’éveil.

Nuden Dorjé est considéré comme une incarnation de Kyétchoung Lotsa, l’un des principaux disciples de Padmasambhava, auquel ce dernier transmit cet enseignement du Miroir au Sens Limpide. Nuden Dorjé vécut dans l’est du Tibet, au XIXe siècle, principalement au monastère de Khordong.

James Low a commencé à étudier et à pratiquer le bouddhisme tibétain en Inde dans les années 1960. Il enseigne maintenant en Europe les principes du dzogchen et a publié plusieurs traductions et commentaires de ces textes. James Low a su présenter cet enseignement profond de ma

Commentaire de : James Low

Traduction par : Nathalie Koralink

Illustrations de : Leho Rubis