Pourquoi ce succès croissant du bouddhisme en Occident ?

Révèle-t-il une faille dans la civilisation occidentale, scientifique et technique, un besoin insatisfait ? Nul n’était mieux placé que Matthieu Ricard, à la fois intellectuel occidental et moine bouddhiste, pour traiter cette question et d’abord exposer ce qu’est exactement le bouddhisme.

Les considérations de Jean-François Revel, tout en comportant de sérieuses réserves ou objections, retiennent la partie du bouddhisme qu’il estime acceptable et universelle, sa sagesse dans la conduite de la vie. Elles mettent en lumière les échecs de la pensée occidentale, notamment la faillite des grands systèmes philosophiques et des grandes utopies politiques, qui peuvent expliquer la présente attirance des Occidentaux pour une forme de sagesse à la fois très ancienne et très nouvelle.

Voilà pourquoi et comment, à Hatiban, au Népal, dans l’isolement d’un site perché sur une montagne dominant Katmandou, se déroulèrent, en mai 1996, les entretiens qui fournissent la substance de cet échange entre Le moine et le philosophe.