Ce maître tibétain explique pourquoi l’Occident comprend mal la notion de karma, à force de l’avoir simplifiée. Une notion pourtant indispensable à la compréhension du Bouddhisme.