Pour le bouddhisme, loin d’être une fin, la mort est la conséquence d’une transformation perpétuelle. Notre appréhension face au temps qui s’écoule peut être transformée en une peur salutaire qui nous incite à mieux vivre, ici et maintenant, une vie en accord avec notre réalité la plus profonde, à savourer pleinement chaque instant qui s’offre à nous et à donner un sens à notre existence.