Il s’agit de la traduction de l’un des tantras les plus reconnus et étudiés dans le bouddhisme tibétain : un long chant poétique à la louange du bodhisattva de la Sagesse, considéré par ce texte comme le bouddha primordial.