En 1876 l’industriel lyonnais Emile Guimet débarque à Yokohama accompagné du peintre Félix Regamey. L’objet de leur mission : enquêter sur les religions orientales. Commence alors pour eux la découverte d’un empire qui jusqu’en 1854 avait été fermé aux occidentaux. Deux mois de voyages, de rencontres, de fascination, dans le Japon de l’ère Méiji, entre tradition et modernisme, entre bouddhisme et shintoisme. Dans les temples et les sanctuaires, Guimet rencontre les moines, observe les pratiques religieuses, les gestes et les représentations des divinités ; il constitue aussi une importante collection d’objets rituels. De retour en France, cette ferveur se concrétise par la création d’un musée des religions du monde entier, inauguré à Paris en 1889, place d’Iéna.

Depuis la mort de son fondateur en 1918, le musée Guimet s’est enrichi de vastes collections d’art asiatique, provenant d’autres établissements ou d’exceptionnelles donations. En ce début de IIIe millénaire, après une importante rénovation architecturale, liée à une profonde réflexion muséologique, il s’affirme comme le lieu de rencontre de toutes les civilisations d’Asie.

Collection Découvertes