L’idéal chevaleresque de la double voie des armes et des arts a fait au Japon un pays unique au monde. Le concept de Geidô - la voie des arts - a exigé, pendant sept siècles, que le guerrier s’accomplisse par la maîtrise non seulement du sabre, mais aussi de l’exercice des beaux-arts (calligraphie, musique, danse, poésie…) inspiré des plus rigoureuses ascèses méditatives.

Etant donné l’engouement croissant que suscitent les arts martiaux originaires d’extrême-orient aujourd’hui, et ce particulièrement en France, il était essentiel de libérer nos contemporains d’idées faussées par de multiples formes publicitaires qui dénaturent le fondement de ces arts martiaux et la philosophie qui les sous-tend. C’est ce que fait Albert Palma, ancien professeur de culture comparée à l’université de Tsukuba et maître officiel de Shintaïdo, dans cet ouvrage superbement illustré d’estampes rares et de photos inédites.

La préface de Takemoto Tadao, ami et traducteur de Malraux, remet à l’honneur l’éthique incomparable du geste juste.