Si la Corée et sa culture commencent à être mieux connues en Occident, sa littérature en revanche, reste encore largement ignorée. Situation paradoxale lorsqu’on sait que la Corée fut, avant l’époque contemporaine, un pays où l’art d’écrire était cultivé à un point rarement atteint ailleurs. L’amateur de belle littérature aussi bien que le spécialiste de littérature comparée y trouvent abondance de matériaux de qualité : poèmes en chinois et en coréen, récits légendaires, livres historiques, témoignages vécus, débats sur la nature du langage et de la littérature, nouvelles en chinois, romans en coréen, p’ansori. Cette production riche et variée est présentée ici au public français dans un ouvrage qui est un résumé, librement réécrit, adapté et complété par Daniel Bouchez, des quatre premiers volumes de l’ histoire générale de la littérature coréenne publiée en coréen par Cho Dong-il. Leur espoir est de contribuer ainsi à éclairer, d’une lumière venue de l’intérieur, le passé d’un pays qui suscite en France un intérêt croissant.

Cho Dong-il, professeur de littérature coréenne à l’Université nationale de Séoul, est aussi diplômé de littérature française. Il est l’auteur de nombreux ouvrages sur la théorie du roman, la place de la littérature coréenne dans la littérature asiatique ou les rapports entre langues de culture et langues vernaculaires.

Daniel Bouchez, directeur de recherche au Centre National de la Recherche Scientifique, a longtemps vécu en Corée et s’est fait connaître par ses travaux sur la littérature classique de ce pays.