Sont regroupés dans ce livre les témoignages parmi les plus significatifs d’un art à la fois brillant et éphémère, celui des steppes, qui se développe depuis les rives de la mer noire jusqu’au bord du fleuve jaune. A l’ouest, Alexandre Le Grand induit le propos, à l’est Gengis Khan (1167-1227) clôt ce panorama de quinze siècles. Entre-temps émergent et fleurissent de nombreuses civilisations dont les séquences majeures sont présentées ici. Beaucoup se rattachent aux traditions nomades : Scythes, Turcs, Mongols… ; d’autres naissent en marge des mondes classiques grecs, indiens ou chinois : Parthes, Bactriens, Sassanides… les premiers souvent sans monument ont été révélés par les archéologues, les seconds appartiennent aux solitudes désertiques. Ensemble, ils partagent l’or, l’argent et la soie, matières premières constitutives de leurs expressions artistiques avec une iconographie reliée à l’univers animal.

Jusqu’ici, une lecture en continu de ce monde sans bornes qui épouse la courbure de l’Eurasie sur plus de sept mille kilomètres n’avait jamais été possible. Pour la première fois les chefs-d’œuvres de Pierre le Grand (1672-1725) conservés au musée de l’Ermitage à Saint-Saint-Pétersbourg voisinent avec les objets de l’Académie des sciences d’Oulan Bator qui eux-mêmes côtoient les vestiges récemment exhumés par les archéologues chinois en Mongolie intérieure.

Collection Musée Guimet - Catalogue Exposition