Yahne Le Toumelin dévoile dans ce traité ce qui a fondé sa peinture : « Comment enlever suffisamment pour qu’il reste une seule lumière. »

Dénonçant les séductions esthético-commerciales et le nihilisme, elle se rit des faux-semblants qu’offre l’art conçu comme une reproduction du visible, il faut savoir se libérer du poids de l’existence et de ses certitudes, réapprendre à être « enchantés par notre seule prise, celle de distance ». Yahne le Toumelin vit, peint et médite aujourd’hui en Dordogne. Elle est la maman de Matthieu Ricard.