Stéphane Arguillère écrit sous l’inspiration de la peinture de Yahne le Toumelin, sous l’influence spirituelle qui en émane. Il compose un écrin de rêve, une forteresse de fantaisie, une succession d’images donnant à son livre la forme de tableau mouvant.