Cet homme a traversé le siècle et le monde. Né en 1914 dans un village de Corrèze, Pierre Ceyrac a 23 ans et ne connaît rien de la vie lorsqu’il quitte la France, pensant ne plus jamais y revenir, pour devenir missionnaire jésuite en Inde. Il y vit toujours aujourd’hui, au sud du pays, à Madras. Son frère aîné François fut président du patronat français ; son cadet, Charles, député et président du Conseil général de Corrèze ; lui a consacré sa vie au service des pauvres… Parachuté dans un pays gouverné par les Anglais et les maharajahs, il a été de tous les combats en Inde : la modernisation du pays après l’indépendance, sous l’impulsion de Nehru, les conquêtes sociales de ceux qu’on appelle les intouchables… Pendant des décennies, il a sillonné ce pays à moto, en voiture, en train - il continue aujourd’hui, à plus de 90 ans. Il a connu les grandes figures de l’Inde : Gandhi, Nehru, Mère Teresa. Il a bâti des routes, des dispensaires, des centres sociaux, des villages d’accueil pour enfants. Plus de 25 000 orphelins sont élevés dans les nombreux centres qui portent son nom, « Father Ceyrac ». Il a passé près de quinze ans dans les camps de réfugiés cambodgiens, le long de la frontière de la Thaïlande. Son action, pour être discrète, est gigantesque.