Soudain, je perçois dans toute la pièce comme un invisible, presque tangible, mouvement, non pas un souffle mais un déplacement d’air ample, bon. Paix immense - je me sens beaucoup plus grande - j’ouvre doucement les bras comme une danseuse avant les premiers pas, en un enlèvement lent et harmonieux. (…)

La petite chatte s’est réveillée, vive, elle met bas ses petits. La cuisine est d’une claire réalité. Sentiment de plénitude ; mais j’ignore le sens de cet état et sa mobilité.

Seulement, je pressens comme un grand changement dans ma vie.

(Gabrielle Stavolone - "La Reliaison")