Non sans raison, l’Occident s’estime dépositaire de la modernité. Il peut se prévaloir de ses découvertes scientifiques, de sa révolution industrielle. Dès lors il lui devient difficile de concevoir une autre forme de modernité que la sienne. Pourtant dans l’Asie profonde, au Tibet, une conception radicalement différente a vu le jour, fondée sur la conquête de soi et l’éveil des consciences. Décryptage avec Jean-Pierre Barou et Sylvie Crossman, qui tentent ici une histoire inédite de la conscience.

Vient de paraître