Cousin et gendre du prophète Muhammad, l’Imam ’Alî est un personnage clé de l’islam, à la fois impliqué dans l’histoire et enveloppé d’un épais halo mythique. Après avoir adhéré dès l’enfance à la nouvelle religion, il a été le compagnon de toutes les batailles contre les polythéistes et un tribun hors pair.Mais il ne cessera de voir lui échapper la succession du Prophète (le califat), et ne l’obtiendra que pour une très courte durée, dans des circonstances dramatiques.Son martyre, en 661, au milieu de ce qu’on a appelé la « Grande discorde », sera l’annonce d’une profonde déchirure qui marquera le vécu de l’islam jusqu’à nos jours.

Au IV / Ves siècle, le poète Charîf al-Radî, l’un des descendants de l’Imam ’Alî, réunira les sermons, discours, lettres, aphorismes et maximes de son glorieux ancêtre dans un ouvrage, Nahj al-balâgha (« La Voie du mieux-dire »), considéré depuis lors comme l’un des plus purs chefs-d’œuvres de la prose arabe classique. Cette anthologie en donne, pour la première fois, des extraits significatifs à l’usage des lecteurs francophones.

Né en 1943 à Tozeur (Tunisie), Youssef Seddik est philosophe et anthropologue, docteur de I’EHESS (thèse sur l’horizon hellénique du Coran).Il a traduit en français quelques grands textes économiques arabes, ainsi que Le Grand Livre de l’interprétation des rêves d’Ibn Sî-rîn, et, en arabe à partir du grec, Le Poème de Parménide. Sindbad a publié son anthologie des Dits du Prophète (1997) et des extraits traduits de l’arabe de l’œuvre de Tanûkhî sous le titre Brins de chicane, la vie quotidienne à Bagdad au Xe siècle (1 999).

Traduction Youssef Seddik

Sindbad-Actes Sud