L’auteur se demande si on peut encore avoir la foi aujourd’hui, si les progrès de la science et de la raison ne l’ont pas rendue inutile. Pour répondre à cette question, il nous propose de réexaminer la place de la foi dans l’expérience humaine, au-delà des croyances des différentes religions, et retrouver ce qu’il appelle cette « nostalgie de l’admirable ».