Fonctions du religieux.

Après Dieu, un itinéraire, Régis Debray élargit son terrain d’enquête et radicalise sa démarche pour mettre au jour les fondamentaux de 1’Homo religiosus.

Avec un dieu, mille ou aucun. En Occident comme sous bien d’autres latitudes. Le Feu sacré sera fover ou volcan, domestique ou sauvage, vivifiant, ou mortifère. Qu’on le maudisse on 1’adore – l’un n’exclut pas 1’ autre – le fait est qu’il est bien là. Au cœur de la cité des hommes, avec ses intermittences et ses ambivalences. Car les fanatiques sont aussi dévoués, et les identitaires, courageux. Rien n’est simple. Et le lecteur de faire une découverte étrange, qui peut intéresser incroyants et croyants : le sacré comme voie d’accès au profane. Imaginaire, comme porte d’entrée dans le réel. Pour comprendre, sans flou ni grandiloquence, ce qu’il en est précisément de la fraternité de la terre, de 1’identité d’un être humain et de notre soif de réconciliation, autant que pour apprécier le journal du jour, rien de tel que de se mettre à la dure école du fait religieux . Avec son mentir-vrai, il passe nos rêves et, nos chimères an crible de la pratique.