Au seuil de ce nouveau millénaire, le religieux est à la fois d’une étonnante vitalité et en pleine transformation : crise des institutions religieuses, dérégulation des systèmes organisant traditionnellement le croire religieux, développement de la religion à la carte et du bricolage religieux, montée en puissance des croyances parallèles dans de nouveaux mouvements religieux, intérêt croissant pour les saveurs mystiques des religions orientales, repli identitaire de certaines religions sur des schémas ultra-conservateurs… tels sont quelques-uns des aspects les plus caractéristiques du fait religieux contemporain.

Cette vitalité témoigne de l’idée que le religieux est aujourd’hui autant qu’hier porteur et créateur de sens. Toutefois, celui-ci peut aussi légitimement inquiéter lorsqu’il devient offense à l’intelligence ou à l’entendement humain (cas des fondamentalismes), lorsqu’il cherche à imposer une éthique rétrograde (cas de certaines religions officielles), lorsqu’il tend à menacer la paix sociale d’un pays ou à compromettre l’équilibre d’une région, voire la paix mondiale (intégrismes d’une grande agressivité).

L’ambition de cet ouvrage n’est ni d’étudier les différents systèmes religieux que l’humanité a connus au cours de son histoire, ni de dresser une cartographie des religions actuelles. Cette étude socio-anthropologique - qui cherche à se démarquer des poncifs du retour du religieux - envisage le fait religieux à partir de l’analyse de l’univers mythique, symbolique, rituel et psychologique du sujet humain engagé dans l’expérience religieuse et présente les systèmes religieux à partir des comportements qu’induisent les religions et de l’idée que l’homo-religiosus (« l’ homme religieux ») est le sujet d’une expérience unique et d’un vécu particulier, l’expérience du sacré.

Jean-Christophe Demariaux, sinologue et orientaliste de formation, a déjà publié chez le même éditeur Le Tao (1990) et Pour comprendre l’hindouisme (1995).