Du journaliste à l’employeur, de l’homme politique au commun des mortels en proie aux vertiges de la vie, innombrables sont ceux qui imaginent trouver dans la « psy » des réponses ailleurs insatisfaisantes. Dans les domaines de la santé et de la justice, les pouvoirs publics attendent également des praticiens « psy » des solutions miracles ou la caution de leurs projets.

Or, la psy n’est pas la psychanalyse et la confusion règne entre ces deux champs de réflexion et de pratique. Même si elle le nie, la psy se nourrit de la psychanalyse. Mais elle la dénature : à l’inverse de la psy, la psychanalyse envisage le devenir de chaque être humain comme spécifique et ne prône aucun modèle.

En précisant avec rigueur la portée de la théorie et de la pratique psychanalytiques ainsi que la place qui leur revient, Sylvie Nerson Rousseau nous permet d’appréhender et de choisir éventuellement la démarche psychanalytique avec moins de préjugés ou de fascination. A une époque où l’homme devient l’objet de manipulations de toues sortes, l’auteur de cet essai dérangeant, sans céder à une pensée angélique, opte résolument avec la psychanalyse pour un respect constant du sujet humain dans toutes ses dimensions.