Nous sommes tous « accros » à quelque chose. Est-ce un vice ? Un défaut ? Une faiblesse ? Ou bien l’expression d’un besoin profond, une exigence de transcendance, une envie de sortir de soi ? Certains se droguent au travail ; d’autres au sexe ou à l’écriture. C’est moins dangereux que l’héroïne ou la cocaïne, mais c’est une dépendance. Face à cela, la médecine mais aussi la psychanalyse semblent impuissantes. La dépendance est à penser comme primordiale. Tout ce qu’on peut proposer, c’est de substituer à une dépendance chimique une autre forme de dépendance, moins toxique et plus créatrice. La question est alors : comment ?