Renoncement et puissance. A voir ces deux termes ainsi reliés l’un à l’autre, on croirait d’abord à une opposition. Et pourtant en terre de bouddhisme, le moine parti dans la forêt, celui-là même qui incarne le renoncement au monde le plus radical est aussi tenu pour un « superhomme ». Ses contemporains lui attribuent des facultés extraordinaires qui lui confèrent le pouvoir d’agir sur le monde et de le transformer. L’auteur présente dans cet ouvrage la biographie de huit moines qui comptent parmi les plus vénérés de Birmanie. Il s’interroge sur leurs parcours et leur identité. Guillaume Rozenberg est ethnologue, chargé de recherche au CNRS. Il travaille sur le bouddhisme birman depuis 1997.