« Vivre en bouddhiste, ce n’est pas seulement s’asseoir immobile en méditation et transcender le monde de la souffrance. C’est unir indissolublement la sagesse et la compassion, une compassion qui ne se contente pas de paroles apaisantes et de vœux pieux. A l’exemple de son maître Thich Nhat Hanh, Sœur Chân Không est une contemplative — une mystique même — et une femme d’action, en France aujourd’hui, mais d’abord au cœur des haines et des combats contre les troupes françaises puis américaines qui ont ravage sa patrie, le Viêt-nam.

Son autobiographie est à la fois reportage de guerre et témoignage que seul l’amour est plus fort (lue la violence. Un livre qui nous donne une haute idée de la femme et où l’ historien comme le chercheur spirituel trouveront des informations de première main. Un beau livre (Arnaud Desjardins)