Moine zen américain, Bernie Glassman nous livre ici son témoignage sur cet art singulier qui consiste à donner sens à son existence et qui peut se comparer à l’art culinaire. Dans la tradition bouddhique, la vie elle-même est apparentée au repas suprême que l’auteur nous invite à préparer en sa compagnie, dans le sillage des Instructions au cuisinier de Maître Dôgen , fondateur de l’ordre zen sôtô au XIII siècle