Le texte jusqu’ici peu connu sur lequel se penche l’auteur, apporte un jour nouveau sur certains aspects inédits du Zen, en l’occurrence une chronique autobiographique relative à la fondation par Maître Keizan, de son premier monastère.