Ces 48 koans, les plus appréciés du bouddhisme chan, compilés au XIIe siècle par le moine chinois Wumen Huikai ont été traduits et annotés par Catherine Despeux qui leur donne un précieux éclairage sociologique et interprétatif.