Le Soûtra de l’Estrade du Sixième Patriarche Houei-neng (638-713) est le texte fondateur du Tch’an du Sud , école bouddhiste de l’ illumination subite. Il s’agit d’un texte bref, simple, humain, provocateur et décisif : le mode d’emploi de l’ouverture infinie reconnue par l’homme comme son essence et son site originaires ; un manuel de philosophie pratique à l’usage de ceux qui ont pressenti la nécessité de se tenir présents dans l’Éveil. Dans ce parfait manifeste subitiste, le Sixième Patriarche balaie en quelques mots les extrêmes tant de la phraséologie canonique que du silence obstiné des ignorants : son évocation de la Terre pure de Sukhavatî est un chef-d’œuvre d’éloquence ; ses renseignements sur la méditation assise un chef-d’œuvre de non-dit, d’impossible, de « transhumain ».

Retrouver son Eveil originaire en voyant l’essence, c’est, avec l’œil, autrement dit avec l’être-là du corps et des sens, percevoir et devenir le summum de l’intelligible, le fond de l’apparence, l’essence de tout et de chaque chose ; la vacuité universelle, absolue absence d’être en soi, insubstantiabilité totale du monde et du moi - en un mot la connaissance transcendante, Prajnaparamita.

Collection Points Sagesses