Il s’agit des notes prises par Maître Dôgen lors de ses dialogues avec son maître chinois Rujing. Frédéric Girad en a fait une traduction largement commentée qui éclaire les débuts du zen japonais au VIIIe siècle.