La plupart des drames nous surprennent dans un état de torpeur psychique et sociale. Nous nous sommes habitués au bonheur, devenu état naturel, presque un dû ! Il y a beaucoup de victimes. Pour certains d’entre nous c’est l’effondrement des remparts de l’esprit et le tremblement de la terre qui nous porte. La dépression est la suite logique, la déchéance peut suivre, entraînant famille et vie de relation dans une spirale destructrice.Pour quelques uns dont j’ai la chance de faire partie, nos défenses naturelles sont restées efficaces. Nous étions prêts à survivre psychologiquement, au-delà de la perte brutale d’un enfant, au-delà d’autres violations de notre intégrité. Il y a des exemples célèbres de résistance au malheur, il faut s’en inspirer.